Equinoxe

Saint-Pétersbourg, Entre rêve et réalité.

Saint-Pétersbourg est née de la seule volonté de Pierre le Grand . Il voulait une cité ouverte sur l’Occident. Son rêve coûta la vie à 150 000 serfs.
Trois architectes italiens ont modelé une des plus belles villes du monde à l’échelle de la plaine russe et de la Néva. Ville de pierre et d’eau, capitales des Tsars et siège de la Révolution, Saint-Pétersbourg estompe ses extrêmes sous la lumière fantomatique des nuits blanches. Ce moment privilégié a inspiré les poèmes de Pouchkine, les romans de Dostoïevski, les symphonies de Tchaïkovski et de Chostakovitch. Aujourd’hui, business, mafia, combines sont autant d’aspects d’une société pétersbourgeoise en pleine mutation qui oscille plus que jamais entre rêve et désarroi.

Les séquences.

Première partie :

La Néva – La fête de la cité – Pierre le Grand et la naissance de la ville – La forteresse Pierre et Paul – Les canaux – Le panthéon des Romanov – L'unité architecturale – Les palais de Rastrelli – L'urbaniste Rossi – Les Décembristes – L'église du Sauveur-sur-le sang – Raspoutine et Youssoupov – La Révolution – Les 900 jours du blocus – Pouchkine et Dostoïevski – Le jardin d'Eté – Les adorateurs du soleil et les Morses.

Deuxième partie :

Les montgolfères – Isaac et les coûts sociaux du changement – Magasins pleins et poches vides – Métro et trains – Datchas – Détresse sociale et mafia – Un homme d'affaire – La radio Europa Plus – perspective Nevski – Pétrosian et les arts traditionnels – Le joaillier Ananov – Renouveau de l'Eglise orthodoxe – Ecoles privées – Les concerts – Terem Quartet – Le Théâtre de la jeunesse - Ballets - restauration des costumes impériaux – Le conservateur de l'Ermitage.

Cliquez sur la photo pour agrandir